Dans son ''Essai de philosophie morale'' (1749), Pierre-Louis Moreau de Maupertuis place le christianisme au-dessus du stoïcisme et ce dernier au-dessus de l'épicurisme. Il voit dans le christianisme la meilleure manière d'être heureux, même s'il reconnaît l'irrationnalité de ses dogmes (" tout ce qu'il faut faire dans cette vie pour y trouver le plus grand bonheur, est sans doute cela qui même qui doit nous conduire au bonheur éternel.", c'est la dernière phrase de l'Essai). Il faut avoir cela en tête pour apprécier à sa mesure la révision à la baisse des sages antiques que le passage suivant présente ; Maupertuis commence par y juger de l'applicabilité des règles stoïciennes :

" En lisant les écrits de ces philosophes, on serait tenté de croire que ce qu'ils proposent est impossible. Cet empire sur les jugements de notre âme ; cette insensibilité aux peines du corps ; cet équilibre entre la vie et la mort, ne paraissent que de belles chimères. Cependant si nous examinons la manière dont ils ont vécu, nous croirons qu'ils y étaient parvenus, ou qu'ils n'en étaient point éloignés. Et si nous réfléchissons sur la nature de l'homme, nous le croirons capable de tout, pourvu qu'on lui propose d'assez grands motifs ; capable de braver la douleur ; capable de braver la mort, et nous en trouvons de toutes parts des exemples.
Si vous allez dans le nord de l'Amérique, vous y trouverez des peuples sauvages, qui vous feront voir que les Scévolas, les Curcius et les Socrates n'étaient que des femmes auprès d'eux. Dans les tourments les plus cruels, vous les verrez inébranlables ; chanter et mourir. D'autres que nous ne regardons presque pas comme des hommes, et que nous traitons comme les chevaux et les boeufs, dès que l'ennui de la vie les prend, la savent terminer. Un vaisseau qui revient de Guinée est rempli de Catons, qui aiment mieux mourir que de survivre à leur liberté. Un grand peuple, bien éloigné de la barbarie, quoique fort contraire à nos usages, ne fait pas plus de cas de la vie : le moindre affront, le plus petit chagrin est pour un Japonais une raison pour mourir. Sur les bords du Gange, la jeune Indienne se jette au milieu des flammes, pour éviter le reproche d'avoir survécu à un mari qu'elle n'aimait pas. Voilà des nations parvenues à tout ce que les Stoïciens prescrivaient de plus terrible ; voilà ce que peuvent l'opinion et la coutume ; ne doutons pas que le raisonnement n'ait autant de force ; ne distinguons pas même du raisonnement , la coutume et l'opinion, ce sont des raisonnements, sans doute, seulement moins approfondis. Le nègre et le philosophe n'ont qu'un même objet de rendre leur condition meilleure. L'un chargé de fers, pour se délivrer des maux qu'il souffre, ne voit que de terminer sa vie. L'autre dans des palais dorés sent qu'il est réellement sous la puissance d'une maîtresse capricieuse et cruelle, qui lui prépare mille maux : le premier remède qu'il essaie, c'est l'insensibilité ; le dernier, c'est la mort."

Mais pourquoi l'opinion des nations et la raison des philosophes en viennent-elles à converger vers le stoïcisme ?