" La lluvia que vemos caer por los cristales son nuestras propias lágrimas magnificadas."

" La pluie que nous voyons tomber à travers les vitres, c'est nos propres larmes magnifiées."

Ajout du 14/08/19 :
Ramón a supprimé cette greguería de l'ultime édition de 1962. Mais celle qui la remplace ne me plaît guère : " Il ne faut pas se moucher dans le mouchoir des soirées d'adieux." (" No hay que sonarse en le pañuelo de las despedidas.").