Statcounter

samedi 28 mai 2016

Des poules et des hommes.


" Combien la vie paraît trop longue aux vieillards, à présent qu'ils apprennent une peine si imprévue ! " (Eschyle, Les Perses, v. 263-265)
" (...) malgré le désir d'arriver à être heureux, personne ne peut jamais dire en termes précis et cohérents ce que véritablement il veut (...) Veut-il une longue vie ? Qui lui répond que ce ne serait pas une longue souffrance ? " (Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs)
" Ainsi vivent et meurent les poules qui produisent nos œufs. Peut-être celles qui meurent jeunes sont-elles les plus chanceuses, puisque leurs compagnes plus robustes n'ont rien d'autre à espérer que quelques mois supplémentaires d'entassement inconfortable. Elles pondent jusqu'à ce que leur productivité baisse, puis elles sont expédiées pour être battues et transformées en pâtés et en soupes au poulet, seules choses pour lesquelles elles sont encore bonnes. " (Singer, La libération animale)

Commentaires

1. Le lundi 30 mai 2016, 12:43 par gelscalpan
la photo du poulailler est si floue qu'on dirait un amphi universitaire plein , à la rentrée (mais pas ensuite, la différence entre humains et poules étant que les premiers ont le choix de quitter l'amphi)
2. Le lundi 30 mai 2016, 13:22 par Philalèthe
Rien d'étonnant à ce que les poules restent : elles ont précisément un cœur de poule.

vendredi 27 mai 2016

Vanitas innocua et vanitas maligna.

" Les chercheurs, y compris en psychologie, en médecine ou en biologie, sont des êtres humains et sont sensibles aux mêmes influences que n'importe quels autres êtres humains. Ils aiment à avancer dans leur carrière, à recevoir des promotions, et à voir leur travail lu et discuté par leurs collègues. Le fait de publier des articles dans les revues spécialisées est un élément important pour monter sur l'échelle de la promotion et du prestige. Les choses se passent ainsi dans toutes les disciplines, en philosophie ou en histoire autant qu'en psychologie ou en médecine, ce qui se comprend très bien et en tant que tel n'est guère critiquable. Les philosophes et les historiens qui publient pour améliorer leurs perspectives de carrière font peu de mal à part gaspiller du papier et ennuyer leurs collègues ; en revanche, ceux dont le travail comporte des expériences sur animaux peuvent provoquer une douleur sévère et une souffrance prolongée."(Peter Singer, La libération animale, 1975)

Commentaires

1. Le lundi 30 mai 2016, 12:13 par scalangepel
étrange que Singer ne nous dise pas que les papiers des revues, l'electricité dépensée à publier sur le net les articles des chercheurs, et la pollution à Stockholm créée par l'activité autour du Nobel ne menace pas la vie animale. Suggestion aux animalistes : créer un prix Nobel de la production intellectuelle animale. Les castors, par exemple, peut être même les fourmis, se verraient décerner le prix, pour leur excellente organisation des efforts intellectuels.
2. Le lundi 30 mai 2016, 12:22 par Philalèthe
Ah, dois-je vous ranger dans le cas des anti-animalistes primaires ?
Vous savez bien que le principe de considération égale des intérêts n'implique pas celui d'égalité de la valeur de toute vie, humaine ou animale !
Certes, s'il faut choisir entre un bonobo en pleine forme et un prix Nobel en phase terminale de Alzheimer...
3. Le lundi 30 mai 2016, 13:48 par scalangepel
non, je faisais juste un calcul comparé des conséquences, à la manière dont le demandent les utilitaristes : si le coût énergétique du prix Nobel excède celui des barrages de Castor, ces derniers n'ont ils pas la palme (le pieds palmés plutôt que les palmes sur les fronts des Gloires de l'Intellect)?
4. Le lundi 30 mai 2016, 13:53 par Philalèthe
Ah là vous voulez singer l'intégrisme vert !
5. Le lundi 30 mai 2016, 20:09 par Arnaud
Pardon, mais le "H" initial ne sied pas à Alzheimer, un seul suffira et à la bonne place...
6. Le mardi 31 mai 2016, 10:55 par Philalèthe
Oups, la coquille est corrigée. Merci !

mercredi 18 mai 2016

Don Quichotte contre l'idée de l'inconnaissable intériorité d'autrui.

Dans Hippolyte, tragédie d' Euripide, on lit :.
" Que n'avons nous dans nos affections
Un moyen sûr pour discerner sans faute l'ami sincère et le menteur ?
Tous les hommes devraient avoir deux voix,
L'une sonnerait juste, pour l'autre peu importe.
Celle qui trompe serait ainsi réfutée
Par celle qui dit vrai, et l'on ne s'y méprendrait pas. "
En somme, le mensonge serait impossible puisque les phrases mensongères commenceraient par " je mens ".
Comme Dulcinée du Toboso ne dispose que d'une seule voix, comment savoir ce qu'elle pense vraiment de l'amour que sans l'avoir jamais vue Don Quichotte lui porte ? C'est le souci du chevalier errant qui, ignorant que Dulcinée n'existe que dans son imagination, envoie Sancho Pança à Toboso pour sonder les intentions de la belle. Avant Wittgenstein, Don Quichotte sait déjà que " le corps est la meilleure image de l'âme.". Aussi donne-t-il les directives suivantes à son écuyer :
" Garde bien dans la mémoire la façon dont elle te reçoit, et que rien ne t'échappe : si son visage change de couleur pendant que tu lui transmets mon message ; si elle perd son calme et se trouble en entendant mon nom ; si elle ne tient pas en place sur son coussin , dans le cas où tu la trouverais assise sur la riche estrade qui convient à son autorité ; et si elle est debout, regarde donc si elle s'appuie tantôt sur un pied, tantôt sur l'autre ; si elle te répète deux ou trois fois la réponse qu'elle te donne ; si elle passe alors de la douceur à la rudesse, ou change les mots aigres pour des mots tendres ; si elle porte la main à sa chevelure pour l'arranger alors qu'elle n'est pas en désordre. Bref, mon fils, observe tous ses faits et gestes, parce que, si tu me les rapportes avec fidélité, je pourrai en déduire tout ce qu'elle garde caché dans le secret de son cœur, au sujet de mes amours. Car tu dois savoir, Sancho, au cas où tu ne le saurais pas, que, chez les amants, les faits et les gestes que l'on peut surprendre, quand il est question de leurs amours, sont les courriers les plus sûrs pour être informé de ce qui se passe à l'intérieur de l'âme." (Livre II, chapitre X)
Sur ce point, Don Quichotte est aussi bien aristotélicien :
" En tout homme, le véritable caractère se révèle dans le langage, les actes et la façon de vivre, toutes les fois qu'il n'agit pas en vue d'une fin (...) Nous jugeons le caractère des hommes comme nous jugeons leurs corps, par leurs mouvements " (Éthique à Nicomaque, IV, 13-14).
Ce que Thomas d' Aquin a traduit ainsi :
" Ex operationibus exterioribus cognoscuntur interiores mores."

Commentaires

1. Le samedi 18 juin 2016, 18:40 par genal scapal
je ne lis pas tout à fait comme vous la phrase d'Euripide ( que je ne connaissais pas, elle est très intéressante). Il me semble dire que l'on reconnaîtrait le vérace et le menteur au son de la voix , et on en aurait deux. La première sonnerait juste, l'autre sonnerait faux, comme quand on chante faux ou juste. Ce n'est pas tout à fait pareil que de préfixer "je mens", qui conduit aux paradoxes bien connus. Le son seul permettrait de repérer le menteur. Or le son, à la différence du prédicat "menteur" ne représente rien , n'a pas de valeur sémantique. C'est très intéressant, je trouve, car cela suggère une solution au paradoxe classique du Menteur, bien qu'elle ressemble à celle consistant à dire que "Je mens" n'est ni vrai ni faux, mais sonne faux. Or sonner juste ou faux n'est pas dire vrai ou faux.
2. Le dimanche 19 juin 2016, 17:17 par Philalèthe
Oui, en effet la phrase dit qu'il y aurait deux voix, celle qui sonne juste et l'autre. Je l'ai compris comme vous mais évidemment remplacer la voix qui sonne faux par l'explicitation " je mens " produit en effet le paradoxe que la voix qui sonne faux ne produit pas, et cela je ne l'avais pas vu. Cela revient en somme à remplacer dire qu'on ment par montrer qu'on ment.
Mais ne faut-il pas que la voix fausse se déclenche involontairement pour éviter le paradoxe ? Car si montrer qu'on ment c'est décider de montrer qu'on ment, on peut voir dans l'utilisation de la voix fausse un substitut non linguistique de "je mens", non ?