Statcounter

mardi 31 décembre 2019

Greguería n° 252

" El tapón del champaña es como una bala fracasada."
" Le bouchon du champagne est pareil à une balle impuissante."

lundi 30 décembre 2019

Greguería n° 251

" El amor es una falta de respeto ideal."
" L' amour est un manque de respect idéal. "

Commentaires

1. Le samedi 4 janvier 2020, 22:47 par gerardgrig
Dans cette gregueria, Ramón fait le contraire de Washington Irving, qui américanisait l'espagnolisme ("Les Contes de l'Alhambra"). Ramón espagnolise Mark Twain et sa célèbre boutade, "la familiarité engendre le mépris et les enfants".

dimanche 29 décembre 2019

Greguería n° 250

" Narcisismo : se encierra los sábados con dos botellas de leche y no sale hasta el lunes."
" Narcissisme : s'enfermer les samedis avec seulement deux bouteilles de lait et ne pas ressortir avant le lundi."

samedi 28 décembre 2019

Greguería n° 249

" Era tan simple que tenía pulseras diferentes para saber cuál era su mano izquierda y cuál su mano derecha."
" Il était si simplet qu'il avait deux montres différentes pour savoir quelle était sa main gauche et quelle était sa main droite."

vendredi 27 décembre 2019

Greguería n° 248

" Hay un bigotillo que pone entre comillas todo lo que dice su propietario y, a veces, pone diėresis o acento circunflejo a las palabras."
PSX_20191216_123241.jpg
" Il existe une sorte de petite moustache qui met entre guillemets tout ce que dit son propriétaire et qui, parfois, met un tréma ou un accent circonflexe sur les mots."

Commentaires

1. Le jeudi 9 janvier 2020, 05:40 par gerardgrig
On dirait que Ramón a eu le pressentiment du "body language", qui de nos jours s'impose partout, mais avec les deux doigts des mains qui font des guillemets anglais. Néanmoins, les guillemets sont fixes chez Ramón, ce qui fait du discours de l'orateur une citation infinie. La moustache sert aussi à l'accentuation écrite, ce qui encourage une économie de moyens pour la diction de l'orateur, lequel peut se borner à l'énonciation. Le message de cette gregueria est la loi du moindre effort.
2. Le lundi 27 janvier 2020, 10:42 par Philalèthe
On peut aussi tout dire au second degré ou cum grano salis avec une telle moustache ! Pourrait-ce être une moustache de sceptique ? 

jeudi 26 décembre 2019

Greguería n° 247

" Cuando se levanta el palo de la barrera ferroviaria y pasamos por debajo, parece que la caña del pescador nos está pescando."
PSX_20191216_121541.jpg
" Quand la barrière du passage à niveau se lève et que nous passons dessous, nous paraissons être attrapés par la gaule d'un pêcheur."

mercredi 25 décembre 2019

Greguería n° 246

" Hay un momento, al quitarnos la chaqueta, en que nos quedamos como presos, atados súbitamente codo con codo. El supuesto policía de la conciencia aparece detrás de nosotros."
PSX_20191216_115004.jpg
" Quand nous enlevons notre veste, il y a un moment où nous restons comme emprisonnés, attachés soudainement par les coudes. Le présumé policier de la conscience est apparu derrière nous. "

Commentaires

1. Le mercredi 25 décembre 2019, 17:15 par gerardgrig
Dans la vie quotidienne, il y a des occasions d'accident stupide, comme de rester prisonnier d'un vêtement que l'on a voulu retirer, avec un petit début de désespoir si l'on est seul. Pour remédier à
cette angoisse, il n'y a rien de mieux que la fiction assortie d'un dessin, qui font penser à une idée de roman. Le personnage du policier de la conscience a la dureté de la loi, mais il est aussi un ange gardien.
Il permet de conjurer la stupidité du hasard qui règle nos vies.
2. Le lundi 27 janvier 2020, 10:45 par Philalèthe
Il faut tout de même un solide surmoi pour parvenir à une telle conjuration !

mardi 24 décembre 2019

Greguería n° 245


" Caen las hojas en otoño como manos de viejo con las venas en relieve."
" En automne tombent les feuilles, pareilles à des mains de vieux, aux veines en relief."

lundi 23 décembre 2019

Greguería n° 244

" Amar es el deseo inútil de que no nos estafe alguien ."
" Aimer, c'est avoir le vain désir qu'il y ait quelqu'un qui ne nous escroque pas."

Y a-t-il des imbéciles supérieurs à d'autres ?

Jules Romains met dans la bouche du député Guirau la remarque suivante :
" Disons que les idées ont une valeur en soi. Homais est très inférieur à Lacordaire. Mais il est un tout petit peu supérieur à l'imbécile de même catégorie qui a les idées de Lacordaire." (Les hommes de bonne volontéLes superbes, Bouquins Laffont, 1988, p. 776)
D'abord il y a des types d'imbécile mais en plus, tous les imbéciles d'une même catégorie ne se valent pas : une hiérarchie les distingue en fonction de la valeur intrinsèque de leurs idées. Il semble que Guirau envisage ici la valeur de vérité des idées : un imbécile aux idées vraies vaudra donc plus qu'un imbécile aux idées fausses. Mais on peut classer les idées aussi en fonction de leur moralité, utilité, beauté etc. On notera tout de même que la valeur de l'idée ne donne qu'une petite valeur ajoutée à l'imbécile. La classification se compliquera-t-elle quand on hiérarchisera les valeurs ? Si la vérité a plus de valeur que l'utilité, l'imbécile aux idées vraies a-t-il plus de valeur que celui aux idées utiles ? Deviendra-t-elle encore plus subtile si la valeur comporte des degrés ? L'imbécile porteur d'une vérité de degré n a-t-il moins de valeur que celui porteur d'une vérité de degré n+1?
Si nous faisons partie de l'ensemble des non-imbéciles, nous avons désormais du pain sur la planche. Si nous faisons partie de l'ensemble des imbéciles, instruit par le personnage de Jules Romains, à défaut d'avoir gagné la capacité de diagnostiquer intelligemment notre propre imbécilité, nous avons acquis une petite valeur supplémentaire au royaume des imbéciles.

Commentaires

1. Le lundi 23 décembre 2019, 23:48 par gerardgrig
Le député de Jules Romains a une vision politique de la bêtise. C'est un homme de bonne volonté, ministrable et habitué aux joutes parlementaires, qui hésite entre radicalisme et socialisme. Il classe implicitement la bêtise à droite, et il y ajoute le romantisme du catholicisme social et celui du scientisme, mais en préférant Lacordaire à Monsieur Homais.
2. Le mardi 24 décembre 2019, 09:36 par Philalèthe
Oui, l'imbécile scientiste vaut un peu mieux que l'imbécile croyant, selon Gurau. Mais on peut penser qu'ils se valent et que ce  sont seulement leurs  idées qui  ne se valent pas, sans pourtant qu'elles ne changent en rien la valeur de leur porteur.

dimanche 22 décembre 2019

Greguería n° 243

" Descartes : el que se descartó de muchas ideas para quedarse sólo con las buenas."
" Descartes : s'écarta de beaucoup d'idées pour garder seulement les bonnes."
Encore une traduction qui laisse à désirer... Descartar en espagnol veut dire écarter.

Commentaires

1. Le lundi 23 décembre 2019, 15:04 par gerardgrig
Il est toujours intéressant d'étudier pourquoi on limite un philosophe à une réflexion sur son nom. Quand on interrogeait Jules Renard sur Nietzsche, il disait qu'il y avait plein de lettres qui ne se prononcent pas dans son nom. Chez Ramón, le doute n'était pas cartésien. Comme Valéry, il aurait plutôt dit que le doute mène à la forme.
2. Le mercredi 25 décembre 2019, 16:56 par gerardgrig
Pierre Bayard a écrit "Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?". L'une des solutions pourrait être de méditer sur le nom de l'auteur. Ramón semble suggérer que si l'on parle autant des philosophes, c'est parce que presque tout le monde ne les connaît que de nom.

samedi 21 décembre 2019

Greguería n° 242

" Los niños gustan tanto del tobogán porque así quisieran de fácil su futura vida."
" Si les enfants prennent tant de plaisir au toboggan, c'est qu'ils voudraient que leur vie à venir soit aussi facile."

vendredi 20 décembre 2019

Greguería n° 241

" La inmortalidad de la rosa es que es la hermana gemela de las rosas futuras."
" L' immortalité de la rose vient de ce qu'elle est la soeur jumelle des roses futures."

jeudi 19 décembre 2019

Greguería n° 240

"¡ Que tragedia ! Envejecian sus manos y no envejecian sus sortijas. "
" Quelle tragédie ! Ses mains vieillissaient mais ses bagues ne vieillissaient pas."

mercredi 18 décembre 2019

Greguería n° 239

" Si el perro hablase, seria el mas terrible de los aduladores."
" Si le chien parlait, il serait le plus terrible des adulateurs."

mardi 17 décembre 2019

Greguería n° 238

" La ametralladora suena a maquina de escribir de la muerte."
" La mitrailleuse a des airs de machine à écrire de la mort."

lundi 16 décembre 2019

Greguería n° 237


" Lo maravilloso es que miramos por los ojos como si no tuviesemos ojos. "
" Le merveilleux, c'est que nous regardons à travers nos yeux comme si nous n'avions pas d'yeux."

dimanche 15 décembre 2019

Greguería n° 236

" ¡ Qué hubiera pasado si hubiese habido huelgas cuando existían las sillas de mano y los pajes huelguistas hubiesen dejado a sus señoras en medio del camino ! "
" Que se serait-il passé s'il y avait eu des grèves au temps des chaises à porteurs et si les valets grévistes avaient laissé leurs maîtresses au beau milieu du chemin ? "

samedi 14 décembre 2019

Greguería n° 235

" Se ponía los guantes, pero eran tan bellas sus manos, que las manos se quedaban fuera y los guantes dentro. "
" Elle se mettait des gants, mais ses mains étaient si belles que ce qui restait à l'extérieur, c'était elles et non les gants."

vendredi 13 décembre 2019

Comment être une victime intéressante ?

Wittgenstein écrit à propos de la notion freudienne de " scène primitive " :
" Celle-ci comporte l'attrait de donner à la vie de chacun une sorte de canevas tragique. Elle est tout entière la répétition du même canevas qui a été tissé il y a longtemps. Comme un personnage tragique exécutant les décrets auxquels le Destin l'a soumis à sa naissance, il l y a de nombreuses personnes qui, à un moment de leur vie, éprouvent des troubles sérieux - si sérieux qu'ils peuvent conduire à des idées de suicide. Une telle situation est susceptible d'apparaître à l'intéressé comme quelque chose de néfaste, quelque chose de trop odieux pour faire le thème d'une tragédie. Et il peut ressentir un immense soulagement si on est en mesure de lui montrer que sa vie a plutôt l'allure d'une tragédie - qu'elle est l'accomplissement tragique et la répétition d'un canevas qui a été déterminé par la scène primitive. " (Leçons et conversations, Folio Essais, 1992, p. 104-105)
Dans Les superbes (1933), Jules Romains présente ainsi la manière dont une femme adultère voit ses difficultés à céder à son amant :
" Une autre formule ne lui déplaisait pas. C'était d'admettre qu'elle était " le siège d'un conflit ". Être " le siège d'un conflit " n'a rien de déshonorant. C'est au contraire un signe de distinction, presque un privilège de classe. On ne conçoit guère qu'une femme du peuple soit le siège d'un conflit. (...) Même dans la bourgeoisie moyenne, les conflits doivent s'ébaucher tout juste ; ou tourner court. En tout cas, " être le siège d'un conflit " entre dans la définition de l'héroïne littéraire, et plus généralement de la femme intéressante. Du point de vue moral, si c'est une rançon de la faute, ce n'est pas loin d'en être une excuse. Enfin le propre d'un conflit est qu'il tend à se résoudre. Et les exemples littéraires nous donnent l'assurance secrète qu'il se résout neuf fois sur dix dans le sens du désir. Il est à présumer qu'alors la plus grande partie des troubles qui l'accompagnent disparaissent avec lui. L'on doit sourire, ce jour-là, de s'être crue atteinte d'une infirmité." (Les hommes de bonne volonté, Laffont, 1988, p. 651)
Bien sûr les deux textes ne disent pas la même chose. Entre autres, le texte du romancier introduit l'idée d'une distinction sociale, plaisante pour l'amour-propre. De ce point de vue, la justification par la scène primitive freudienne certes distingue aussi, mais sans le préalable d'une condition sociale aristocratique : en somme, elle démocratise l'accès au noble. Ajoutons que si le personnage de Jules Romains est rassuré par l'idée qu' un conflit est potentiellement réglable, la référence à la scène primitive emporte avec elle une nécessité autrement contraignante. Mais l'idée commune aux deux est que ce qui pourrait être interprété comme un signe de faiblesse , par exemple d'un manque de volonté, est au contraire non une marque de force mais d' élévation. Cette élévation est réalisée par l'identification de la personne à un Type glorieux, qu'il s'agisse du héros tragique ou de l'aristocrate à la hauteur dans sa vie de la figure littéraire. Dans les deux cas, la victime perd de son insignifiance et gagne en valeur.

Commentaires

1. Le samedi 14 décembre 2019, 11:27 par gerardgrig
Dans la gregueria du lit préparé pour nous faire subir l'opération du sommeil, Ramón semble regretter de ne pas être un héros de tragédie, qui ne dort ni ne mange.
2. Le lundi 16 décembre 2019, 16:20 par Arnaud
Wittgenstein a vu juste en estimant que « la psychanalyse est avant tout à la recherche de la « bonne histoire », c’est-à-dire celle qui, une fois acceptée par le patient, produira l'effet thérapeutique cherché et que ni l'accord du patient ni même le succès thérapeutique ne prouvent par eux-mêmes que cette histoire soit vraie ou même ait besoin d'être vraie » (Bouveresse, Philosophie, mythologie et pseudo-science, Wittgenstein lecteur de Freud, p.66 ). Si l'on adopte cette perspective, l'argument bien connu de Freud (cf. Métapsychologie) selon lequel l'hypothèse de l'inconscient est « nécessaire et légitime » ou selon lequel son existence est par là établie, parce qu'on peut fonder sur elle « une pratique couronnée de succès », devient fort fragile...
3. Le dimanche 22 décembre 2019, 17:49 par Philalèthe
Merci, Arnaud, pour cette contextualisation.  
Oui,  bien sûr, ce qui permet de rapprocher l'analyste du romancier : ils ont l'art d'écrire des vies qui plaisent. Reste que c'est une formidable révision à la baisse de la  psychanalyse de l'interpréter ainsi. 
4. Le dimanche 22 décembre 2019, 17:56 par Philalèthe
Je n'ai pas lu, Gérard, cette greguería de la même façon que vous : j'y ai vu un lit apprêté avec une précision chirurgicale.
5. Le lundi 23 décembre 2019, 15:13 par gerardgrig
Le procédé de Ramón fonctionne donc très bien. Il fait toujours la guerre aux mots, parce qu'ils ont un sens. L'idéal de sa quête métaphysique, ou plutôt antimétaphysique, c'est le jeu de mots, le "comprend-qui-pourra", la blague basique de café.

Greguería n° 234

" La ostra es un beso del mar en conserva."
PSX_20191213_090744.jpg
" L'huître est un baiser de mer mis en conserve. "

Greguería n° 234

" La ostra es un beso del mar en conserva."
PSX_20191213_090744.jpg
" L'huître est un baiser de mer mis en conserve. "

jeudi 12 décembre 2019

Greguería n° 232

" Espero tanto de la suerte porque me conoce desde niño. "
" Si j' espère tant de la fortune, c'est qu'elle me connaît depuis que je suis enfant."

Greguería n° 233

" El pavo asusta como un indicio de la antropofagia de los hombres. Al verle en la vidriera parece que se ofrece a la venta un buen burgués, quizá un senador bien nutrido."
PSX_20191212_121247.jpg
" La dinde effraie comme un indice de l'anthropophagie des hommes. Quand on la voit à l'étalage, il semble qu'on mette en vente un bon bourgeois, peut-être un sénateur bien nourri. "

mardi 10 décembre 2019

Greguería n° 231

" De su facultad de roncar saca el músico notas del violón."
" De sa faculté de ronfler le musicien tire des notes de violon."

lundi 9 décembre 2019

Greguería n° 230

" Esos que llevan una sortija de sello con sus iniciales grabadas son los que creen estar más anclados en la vida."
" Ceux qui portent une chevalière à cacheter avec leurs initiales sont ceux qui croient être le mieux ancrés dans la vie."

dimanche 8 décembre 2019

Greguería n° 229


" Lo difícil en el llover no es saber cuál es la primera gota, sino la última."
" Le difficile avec la pluie n'est pas de savoir quand tombe la première goutte, mais quand tombe la dernière."

samedi 7 décembre 2019

Greguería n° 228

" El sueño es un depósito de objetos extraviados."
" Le rêve est un dépôt d'objets perdus."

vendredi 6 décembre 2019

Greguería n° 227

" Afortunadamente, la arquitectura de las nubes es completamente barroca."
" Heureusement, l'architecture des nuages est complètement barroque."

jeudi 5 décembre 2019

Greguería n° 226

" Me gusta ver las grandes orquestas de violines, porque la oblicuidad movida de los muchos arcos simula una especie de lluvia musical."
" J'aime voir les grands orchestres de violon, car la mouvante obliquité de leurs multiples archets simule une espèce de pluie musicale."

mercredi 4 décembre 2019

Greguería n° 225

" La más terrible bomba atómica no será la que se eleve en forme de hongo, sino en forma de ciprés."
" La bombe atomique la plus terrible sera celle qui s'élèvera non en forme de champignon, mais en forme de cyprès."

mardi 3 décembre 2019

Greguería n° 224

" El mayor desengaño de mi vida fue cuando comprobé que océano se escribe con una c, cuando sus ces debían ser más de dos, porque representan las olas : occccéano."
" La plus grande déception de ma vie fut quand je réalisai qu' océan s'écrit avec un c, alors que ses c devraient même être plus de deux, vu qu'ils représentent les vagues : occccéan."

lundi 2 décembre 2019

Greguería n° 223

" Hay unas viejas que tienen una mano en la falda con el dedo indice tieso, como si señalasen la tierra a la que han de ir pronto."
" Il y a des vieilles qui ont une des mains contre leur jupe, l'index raide, comme si elles montraient la terre où elles doivent bientôt aller."

dimanche 1 décembre 2019

Greguería n° 222

" Focas : gordos de luto que perdieron las extremidades atropellados por un camión."
" Phoques : gros hommes en deuil ayant perdu leurs extrémités pour avoir été écrasés par un camion."