Les philosophes antiques à notre secours

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 9 décembre 2019

Greguería nº 230

" Esos que llevan una sortija de sello con sus iniciales grabadas son los que creen estar más anclados en la vida."

" Ceux qui portent une chevalière à cacheter avec leurs initiales sont ceux qui croient être le mieux ancrés dans la vie."

dimanche 8 décembre 2019

Greguería nº 229

" Lo difícil en el llover no es saber cuál es la primera gota, sino la última."

" Le difficile avec la pluie n'est pas de savoir quand tombe la première goutte, mais quand tombe la dernière."

samedi 7 décembre 2019

Greguería nº 228

" El sueño es un depósito de objetos extraviados."

" Le rêve est un dépôt d'objets perdus."

vendredi 6 décembre 2019

Capitalisme agressif.

Pour supprimer les invasions quotidiennes de spams, je ferme momentanément les commentaires.

Greguería nº 227

" Afortunadamente, la arquitectura de las nubes es completamente barroca."

" Heureusement, l'architecture des nuages est complètement barroque."

jeudi 5 décembre 2019

Greguería nº 226

" Me gusta ver las grandes orquestas de violines, porque la oblicuidad movida de los muchos arcos simula una especie de lluvia musical."

" J'aime voir les grands orchestres de violon, car la mouvante obliquité de leurs multiples archets simule une espèce de pluie musicale."

mercredi 4 décembre 2019

Greguería nº 225

" La más terrible bomba atómica no será la que se eleve en forme de hongo, sino en forma de ciprés."

" La bombe atomique la plus terrible sera celle qui s'élèvera non en forme de champignon, mais en forme de cyprès."

mardi 3 décembre 2019

Greguería nº 224

" El mayor desengaño de mi vida fue cuando comprobé que océano se escribe con una c, cuando sus ces debían ser más de dos, porque representan las olas : occccéano."

" La plus grande déception de ma vie fut quand je réalisai qu' océan s'écrit avec un c, alors que ses c devraient même être plus de deux, vu qu'ils représentent les vagues : occccéan."

lundi 2 décembre 2019

Greguería nº 223

" Hay unas viejas que tienen una mano en la falda con el dedo indice tieso, como si señalasen la tierra a la que han de ir pronto."

" Il y a des vieilles qui ont une des mains contre leur jupe, l'index raide, comme si elles montraient la terre où elles doivent bientôt aller."

dimanche 1 décembre 2019

Greguería nº 222

" Focas : gordos de luto que perdieron las extremidades atropellados por un camión."

" Phoques : gros hommes en deuil ayant perdu leurs extrémités pour avoir été écrasés par un camion."

samedi 30 novembre 2019

Greguería nº 221

" Se miraban como si pusiesen en acción lo de " ojo por ojo "."

" Ils se regardaient comme s'ils appliquaient le principe de l' " œil pour œil "."

vendredi 29 novembre 2019

Greguería nº 220

" Pueden estar vestidos de primera comunión los maniquíes sin cabeza de las sastrerías ?"

" Les mannequins sans tête des tailleurs pourraient-ils porter des vêtements de première communion ?"

jeudi 28 novembre 2019

Greguería nº 219

" La amargura es el exquisito aperitivo para prepararse a morir."

" L' amertume est le délicieux apéritif qui prépare à mourir."

mercredi 27 novembre 2019

Greguería nº 218

" Lo primero que se quita la rosa es el corpiño."

" La première chose que s'enlève la rose est le bustier."

mardi 26 novembre 2019

Greguería nº 217

" Lo más universal que tenemos es que podemos tener todas las enfermedades que están descritas en todos los libros de medicina y en todos los diccionarios."

" Notre côté le plus universel, c'est que nous pouvons avoir toutes les maladies qui sont décrites dans tous les livres de médecine et dans tous les dictionnaires."

lundi 25 novembre 2019

Greguería nº 216

" El masajista es la última ilusión de la mujer."

" Le masseur est la dernière illusion de la femme."

dimanche 24 novembre 2019

Greguería nº 215

" Cerraba el cerrojo como si cargase el máuser contra el miedo."

" Il fermait la cerrure comme s'il chargeait le mauser pour combattre la peur."

samedi 23 novembre 2019

Greguería nº 214

" Los pájaros de la primavera engañan el despertar antes de abrir las maderas, pues aun siendo un día nublado cantan con igual jovialidad que si fuese un día azul."

" Les oiseaux au printemps trompent au réveil avant d'ouvrir les volets, car même si c'est un jour nuageux, ils chantent avec la même jovialité que si c'était un jour de ciel bleu."

vendredi 22 novembre 2019

Greguería nº 213

" - ¿Ha comenzado?
- Acaba de quitarse la bata la pantalla."

" - Ça a commencé ?
- L'écran a juste enlevé sa robe de chambre."

jeudi 21 novembre 2019

Greguería nº 212

" Tal era la descarada naturalidad de aquel cuadro con montañas y luna que grité para ver si me contestaba el eco. Después de eso no me volvió a invitar aquella marquesa."

" Ce tableau avec montagnes et lune imitait si insolemment la nature que j'ai crié pour voir si l'écho me répondait. Après cela, la marquise ne m'a plus invité."

mercredi 20 novembre 2019

Greguería nº 211

" Cuidado con lo que se hace al entrar en una floresta virgen, porque madre Naturaleza es la suegra."

" Attention à ce qu'on fait quand on entre dans une forêt vierge, parce que madame la Nature est la belle-mère."

mardi 19 novembre 2019

Greguería nº 210

" Gastrónomo es el astrónomo que usa el tenedor en vez del telescopio."

" Le gastronome est un astronome qui utilise une fourchette à la place du télescope."

lundi 18 novembre 2019

Greguería nº 209

" Hay una manera de poner la mano sobre el volante del automóvil como si se descansase del dominio del mundo y se tuviera la displicencia de haber alcanzado su término, su saciedad."

" Il y a une manière de mettre la main sur le volant de la voiture qui fait croire qu'on se repose d' avoir conquis le monde et qu'on prend avec indifférence le fait d'avoir atteint son but, d' être assouvi."

dimanche 17 novembre 2019

Greguería nº 208

" Soy un conocedor de los etcéteras y sé cuando no hay nada detrás de alguno."

" Je suis un connaisseur des et cetera et je sais quand derrière certains il n'y a rien."

samedi 16 novembre 2019

Le spiritualiste déçu, peut-être sur le chemin du matérialisme.

" La plupart des marmots veulent surtout voir l'âme, les uns au bout de quelque temps d'exercice, les autres tout de suite. C'est la plus ou moins rapide invasion de ce désir qui fait la plus ou moins grande longévité du joujou. Je ne me sens pas le courage de blâmer cette manie enfantine : c'est une première tendance métaphysique. Quand ce désir s'est fiché dans la moelle cérébrale de l'enfant, il remplit ses doigts et ses ongles d'une agilité et d'une force singulières, L'enfant tourne, retourne son joujou, il le gratte, il le secoue, le cogne contre les murs, le jette par terre. De temps en temps, il lui fait recommencer ses mouvements mécaniques, quelquefois en sens inverse. La vie merveilleuse s'arrête. L'enfant, comme le peuple qui assiège les Tuileries, fait un suprême effort ; enfin il l'entrouvre, il est le plus fort. Mais où est l'âme ? C'est ici que commencent l'hébétement et la tristesse." (Baudelaire, Morale du joujou, 1853, Oeuvres complètes, Gallimard, La Pléiade, 1975, p. 587)

Greguería nº 207

" Enterramos al perro, pero el ladrido quedó en otro perro que ladraba a lo lejos."

" Nous enterrâmes le chien, mais son aboiement resta dans un autre chien qui aboyait au loin."

vendredi 15 novembre 2019

Une rime bien déraisonnable ?

Relisant Le vampire de Baudelaire, je m'aperçois d'une étrange anomalie :

" (...)
— Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne.

Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l’ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
— Maudite, maudite sois-tu !"

En toute logique, le poète aurait dû écrire " comme à la charogne les vermines ". Mais les contraintes de la rime l'ont emporté sur les exigences de la raison ! D'ailleurs ce n'est qu'à la rime que pense Antoine Adam dans sa belle édition des Fleurs du mal :

" On notera la disposition des rimes, embrassées dans ce quatrain,alors qu'elles étaient croisées dans les deux premières strophes." (Classiques Garnier, 1959, p. 314). Rien non plus dans l'édition de la Pléiade.

En tout cas, de cette irrégularité naît l'image rare d'un cadavre addict aux vers, telle une bouteille à la recherche désespérée de qui la boira.

Greguería nº 206

" La felicidad consiste en ser un desgraciado que se cree feliz."

" Le bonheur consiste à être un malheureux qui se croit heureux."

jeudi 14 novembre 2019

De différentes manières de voir la chose qu'il y a en dessous.

À F..., pour ses efforts de résistance !

Il y a peu je réfléchissais sur un certain type de tante, celle qui éclaire sa nièce relativement aux choses de l'amour en vue de lui permettre de ne plus être dominée mais dominante. La tante en question ouvre les yeux de sa parente sur la matérialité des choses, comme le stoïcien le fait mais pas dans le même but. C'est en effet la liberté de l'esprit que le philosophe du Portique vise.
La tante que je présente aujourd'hui est un autre type de tante démystificatrice : vieille fille, elle cherche par la révision à la baisse de l'acte sexuel à ouvrir les yeux pour dégoûter sa nièce. La description n'est plus alors neutre moralement, elle disqualifie ce qu'elle pense être surqualifié.
Cette tante, c'est Jules Romains qui la présente dans le troisième tome des Hommes de bonne volonté : Les amours enfantines (1932) :

" (...) Toi, est-ce que tu as jamais eu l'occasion de voir ça de près ?
- Quoi, ma tante ?
- Eh bien ! Les façons des animaux entre eux, des chiens spécialement, les mâles avec les femelles, et tout ce qui s'ensuit. Pourquoi rougis-tu comme une sotte ? Est-ce que tu t'imagines qu'une fille de la campagne ne connaît pas ces affaires-là dans le détail, et rougit quand on en parle devant elle ; et qu'elle en est moins bonne chrétienne, ou moins honnête pour ça ? Au contraire, je prétends, au contraire.
- Elle sembla méditer, puis reprit :
- Le vrai péché, c'est d'idéaliser tout ça. Alors... l'imagination s'excite. Et on se figure que parce qu'on emploie de grands mots, la chose qu'il y a en dessous change de nature. Peuh ! il vaudrait bien mieux avouer franchement que chez les chiens ou chez nous c'est tout à fait pareil. Rien ne m'horripile plus que les tirades sur l'amour." Elle faisait vibrer ironiquement l'l et l'm. " Aujourd'hui, tout de même, on n'ose plus raconter aux filles de ton âge (Jeanne de Saint-Papoul a 19 ans) que le mariage, ça consiste à se bécoter dans un wagon, et à chercher un appartement. Je n'ai pas craint avec toi de mettre quelquefois les points sur les i. Mais je ne suis pourtant pas bien sûre que, toutes jeunes filles modernes que vous vous croyiez, vous vous rendiez compte de ce que c'est au fond, hé oui ! cette fameuse affaire autour de laquelle on tourne tout le temps, pour soi-disant vous en réserver la surprise."
(...) Mademoiselle Bernardine se pencha vers Jeanne, prit l'air de quelqu'un qui va confier le suprême secret ; puis, à mi-voix, en surveillant les portes :
- Hé bien ! tu sais déjà, n'est-ce pas, que l'homme et la femme font quelque chose ensemble ? Ou plutôt que c'est l'homme qui fait quelque chose à la femme . Tu sais de quels organes il s'agit, n'est-ce pas ? Donc il ne t'est pas bien difficile de deviner exactement la vraie nature de l'acte... Ce que l'homme fait à la femme, tu me comprends..." elle parla presque à l'oreille, " ce qu'il fait dans la femme, c'est une ordure. (Les hommes de bonne volonté, Flammarion, volume I, 1954, pp. 383-384)

Bernardine de Saint-Papoul n'est pas plus stoïcienne que la tante imaginée par Maupassant dans la nouvelle à laquelle je faisais plus haut référence. Mais, alors que cette dernière visait par son éclairage matérialiste et nouveau du baiser, à en donner la maîtrise à sa nièce, la tante créée par Jules Romains ne prétend que transmettre à la femme dominée une conscience lucide de la domination.

Greguería nº 205

" Hay cosas con tapadera y cosas sin tapadera : el amor tiene tapadera y el azucarero también:"

" Il y a des choses avec couvercle et des choses sans couvercle : l'amour a un couvercle et le sucrier aussi."

- page 1 de 51