Statcounter

samedi 30 novembre 2019

Greguería n° 221

" Se miraban como si pusiesen en acción lo de " ojo por ojo "."
" Ils se regardaient comme s'ils appliquaient le principe de l' " œil pour œil "."

vendredi 29 novembre 2019

Greguería n° 220

" Pueden estar vestidos de primera comunión los maniquíes sin cabeza de las sastrerías ?"
" Les mannequins sans tête des tailleurs pourraient-ils porter des vêtements de première communion ?"

jeudi 28 novembre 2019

Greguería n° 219

" La amargura es el exquisito aperitivo para prepararse a morir."
" L' amertume est le délicieux apéritif qui prépare à mourir."

mercredi 27 novembre 2019

Greguería n° 218


" Lo primero que se quita la rosa es el corpiño."
" La première chose que s'enlève la rose est le bustier."

mardi 26 novembre 2019

Greguería n° 217


" Lo más universal que tenemos es que podemos tener todas las enfermedades que están descritas en todos los libros de medicina y en todos los diccionarios."
" Notre côté le plus universel, c'est que nous pouvons avoir toutes les maladies qui sont décrites dans tous les livres de médecine et dans tous les dictionnaires."

lundi 25 novembre 2019

Greguería n° 216

" El masajista es la última ilusión de la mujer."
" Le masseur est la dernière illusion de la femme."

Commentaires

1. Le mardi 26 novembre 2019, 06:29 par gerardgrig
Si c'est un masseur ayurvédique, il va peut-être abuser.
2. Le dimanche 22 décembre 2019, 18:01 par Philalèthe
Je préfère masseur strictement professionnel et imagination

dimanche 24 novembre 2019

Greguería n° 215


" Cerraba el cerrojo como si cargase el máuser contra el miedo."
" Il fermait la cerrure comme s'il chargeait le mauser pour combattre la peur."

samedi 23 novembre 2019

Greguería n° 214

" Los pájaros de la primavera engañan el despertar antes de abrir las maderas, pues aun siendo un día nublado cantan con igual jovialidad que si fuese un día azul."
" Les oiseaux au printemps trompent au réveil avant d'ouvrir les volets, car même si c'est un jour nuageux, ils chantent avec la même jovialité que si c'était un jour de ciel bleu."

vendredi 22 novembre 2019

Greguería n° 213


" - ¿Ha comenzado?
- Acaba de quitarse la bata la pantalla."
" - Ça a commencé ?
- L'écran a juste enlevé sa robe de chambre."

jeudi 21 novembre 2019

Greguería n° 212

" Tal era la descarada naturalidad de aquel cuadro con montañas y luna que grité para ver si me contestaba el eco. Después de eso no me volvió a invitar aquella marquesa."
" Ce tableau avec montagnes et lune imitait si insolemment la nature que j'ai crié pour voir si l'écho me répondait. Après cela, la marquise ne m'a plus invité."

Commentaires

1. Le samedi 23 novembre 2019, 20:41 par gerardgrig
Quelle étrange mécène Ramón avait-il choisie ! Il aurait plutôt dû choisir la vicomtesse de Noailles. Chez elle, les surréalistes pouvaient à peu près tout se permettre, et même de mal se tenir.
2. Le dimanche 24 novembre 2019, 09:11 par Philalèthe
À moins que la marquise ne fût hostile aux béotiens incapables de distinguer le représentant du représenté !

mercredi 20 novembre 2019

Greguería n° 211

" Cuidado con lo que se hace al entrar en una floresta virgen, porque madre Naturaleza es la suegra."
" Attention à ce qu'on fait quand on entre dans une forêt vierge, parce que madame la Nature est la belle-mère."

mardi 19 novembre 2019

Greguería n° 210

" Gastrónomo es el astrónomo que usa el tenedor en vez del telescopio."
" Le gastronome est un astronome qui utilise une fourchette à la place du télescope."

lundi 18 novembre 2019

Greguería n° 209

" Hay una manera de poner la mano sobre el volante del automóvil como si se descansase del dominio del mundo y se tuviera la displicencia de haber alcanzado su término, su saciedad."
" Il y a une manière de mettre la main sur le volant de la voiture qui fait croire qu'on se repose d' avoir conquis le monde et qu'on prend avec indifférence le fait d'avoir atteint son but, d' être assouvi."

dimanche 17 novembre 2019

Greguería n° 208

" Soy un conocedor de los etcéteras y sé cuando no hay nada detrás de alguno."
" Je suis un connaisseur des et cetera et je sais quand derrière certains il n'y a rien."

samedi 16 novembre 2019

Greguería n° 207

" Enterramos al perro, pero el ladrido quedó en otro perro que ladraba a lo lejos."
" Nous enterrâmes le chien, mais son aboiement resta dans un autre chien qui aboyait au loin."

Le spiritualiste déçu, peut-être sur le chemin du matérialiste.

" La plupart des marmots veulent surtout voir l'âme, les uns au bout de quelque temps d'exercice, les autres tout de suite. C'est la plus ou moins rapide invasion de ce désir qui fait la plus ou moins grande longévité du joujou. Je ne me sens pas le courage de blâmer cette manie enfantine : c'est une première tendance métaphysique. Quand ce désir s'est fiché dans la moelle cérébrale de l'enfant, il remplit ses doigts et ses ongles d'une agilité et d'une force singulières, L'enfant tourne, retourne son joujou, il le gratte, il le secoue, le cogne contre les murs, le jette par terre. De temps en temps, il lui fait recommencer ses mouvements mécaniques, quelquefois en sens inverse. La vie merveilleuse s'arrête. L'enfant, comme le peuple qui assiège les Tuileries, fait un suprême effort ; enfin il l'entrouvre, il est le plus fort. Mais où est l'âme ? C'est ici que commencent l'hébétement et la tristesse." (Baudelaire, Morale du joujou, 1853, Oeuvres complètes, Gallimard, La Pléiade, 1975, p. 587)

Commentaires

1. Le samedi 16 novembre 2019, 15:11 par Arnaud
Ne pensez-vous pas que cette "tendance métaphysique" qui anime l'enfant, lorsqu'il agite, malmène, voire éventre son joujou, n'est pas déjà d'inspiration matérialiste ? Ce n'est peut-être rien d'autre chez lui que la recherche d'un éventuel mécanisme interne, y compris dans un joujou inanimé, susceptible d'engendrer la vie qu'il lui prête dans ses jeux...
2. Le samedi 16 novembre 2019, 16:08 par Philalèthe
Pourquoi pas ? Ce matérialiste en herbe ferait alors une erreur de catégorie, comme qui, ayant visité chacune des Facultés, est déçu de ne pas avoir découvert l'Université.
3. Le samedi 16 novembre 2019, 17:37 par Arnaud
Souvenir ému et émouvant de Ryle !
Mais il est surtout déçu de découvrir qu'il n'y a rien à découvrir : rien à l'intérieur qui soit foncièrement différent de l'extérieur, de quoi se convertir au ... behaviorisme !
4. Le samedi 16 novembre 2019, 17:41 par Philalèthe
Logique !

vendredi 15 novembre 2019

Greguería n° 206

" La felicidad consiste en ser un desgraciado que se cree feliz."
" Le bonheur consiste à être un malheureux qui se croit heureux."

Une rime bien déraisonnable ?

Relisant Le vampire de Baudelaire, je m'aperçois d'une étrange anomalie :
" (...)
— Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne.
Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l’ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
— Maudite, maudite sois-tu !"
En toute logique, le poète aurait dû écrire " comme à la charogne les vermines ". Mais les contraintes de la rime l'ont emporté sur les exigences de la raison ! D'ailleurs ce n'est qu'à la rime que pense Antoine Adam dans sa belle édition des Fleurs du mal :
" On notera la disposition des rimes, embrassées dans ce quatrain,alors qu'elles étaient croisées dans les deux premières strophes." (Classiques Garnier, 1959, p. 314). Rien non plus dans l'édition de la Pléiade.
En tout cas, de cette irrégularité naît l'image rare d'un cadavre addict aux vers, telle une bouteille à la recherche désespérée de qui la boira.

Commentaires

1. Le vendredi 15 novembre 2019, 17:34 par sok
Il me semble qu'il n'y a rien d'illogique dans ces vers, que l'analogie est simple : la vermine ronge la charogne de la même manière que la bouteille ronge l'ivrogne, ou que le jeu ronge le joueur têtu.
D'ailleurs, si la rime avait été un problème pour Baudelaire, il lui restait la possibilité d'une simple permutation syntaxique : "comme la charogne aux vermines".
Est-ce que je rate quelque chose ?
2. Le vendredi 15 novembre 2019, 17:55 par Philalèthe
Si on fait entrer en jeu l' imaginaire ronger, on crée un nouveau poème. 
Moi, je suis parti de la relation exprimée par ce qui est dit : être lié à. Le poète est lié à la femme qui le vampirise comme le forçat est lié à la chaîne, le joueur au jeu, l'ivrogne à la bouteille et... la vermine à la charogne et non la charogne à la vermine. À part le forçat qui est contraint physiquement, poète, joueur, ivrogne sont dépendants par le plaisir qu'ils prennent à l'objet de leur passion. Il y a un sujet dépendant, humain ou non, et un objet, vivant ou non, dont il dépend. Or la formule baudelairienne fait dépendre bizarrement la charogne de la vermine, comme si la charogne pouvait avoir la passion de la vermine.
3. Le vendredi 15 novembre 2019, 22:21 par sok
Je me trompe peut-être, mais je ne suis pas convaincu. Le forçat est lié à la chaîne, cela veut simplement dire qu'il ne peut s'en défaire. Le joueur ne peut se défaire du jeu, l'ivrogne ne peut se défaire de la bouteille, la charogne ne peut se défaire de la vermine.
Avant la bouteille et le jeu, pas vraiment de relation de dépendance, d'ailleurs ; plutôt une relation entre un vainqueur envahissant et un humilié plaintif. Le vainqueur : la vermine, la bouteille, le jeu, la chaîne, tu ; l'humilié : la charogne, l'ivrogne, le joueur, le forçat, je.
Après, si on garde votre hypothèse et qu'il s'agit d'une relation de dépendance, Baudelaire n'aurait eu pas vraiment eu un problème de rime, car il pouvait bien inverser l'ordre syntaxique... mais il aurait eu un problème de mètre... qu'il aurait pu résoudre par un pluriel : "comme les vermines aux charognes".
4. Le vendredi 15 novembre 2019, 23:20 par gerardgrig
Quel est l'ingénieur littéraire qui a dit que le fond, c'est la forme ? Boileau recommandait de ne pas laisser filer la rime, parce qu'ensuite le sens court derrière elle. Baudelaire, poète rompu aux recettes de l'ingénierie littéraire, utilise la contrainte de la rime pour faire une inversion hardie, qui nous plonge dans un abîme de perplexité sémantique, avant l'imprécation de la "punchline" mortelle de la strophe, qui "achève" le lecteur.
5. Le samedi 16 novembre 2019, 13:42 par Philalèthe
En somme, ca fait partie de la raison poétique de ne pas toujours suivre la raison logique.
6. Le dimanche 17 novembre 2019, 09:16 par Arnaud
"... There is a sense in which paradox is the language appropriate and inevitable to poetry."
Cleanth Brooks, The Language of Paradox, 1956.
http://seas3.elte.hu/coursematerial...
A coup sûr, Oscar Wilde (et d'autres) adhérai(en)t à cette perspective...
7. Le dimanche 17 novembre 2019, 10:22 par Philalèthe
Certes, mais c'est ici un paradoxe singulièrement dissimulé.

jeudi 14 novembre 2019

Greguería n° 205

" Hay cosas con tapadera y cosas sin tapadera : el amor tiene tapadera y el azucarero también:"
" Il y a des choses avec couvercle et des choses sans couvercle : l'amour a un couvercle et le sucrier aussi."

Des différentes manières de voir la chose qu'il y a en-dessous.

À F..., pour ses efforts de résistance !
Il y a peu je réfléchissais sur un certain type de tante, celle qui éclaire sa nièce relativement aux choses de l'amour en vue de lui permettre de ne plus être dominée mais dominante. La tante en question ouvre les yeux de sa parente sur la matérialité des choses, comme le stoïcien le fait mais pas dans le même but. C'est en effet la liberté de l'esprit que le philosophe du Portique vise.
La tante que je présente aujourd'hui est un autre type de tante démystificatrice : vieille fille, elle cherche par la révision à la baisse de l'acte sexuel à ouvrir les yeux pour dégoûter sa nièce. La description n'est plus alors neutre moralement, elle disqualifie ce qu'elle pense être surqualifié.
Cette tante, c'est Jules Romains qui la présente dans le troisième tome des Hommes de bonne volonté : Les amours enfantines (1932) :
" (...) Toi, est-ce que tu as jamais eu l'occasion de voir ça de près ?
- Quoi, ma tante ?
- Eh bien ! Les façons des animaux entre eux, des chiens spécialement, les mâles avec les femelles, et tout ce qui s'ensuit. Pourquoi rougis-tu comme une sotte ? Est-ce que tu t'imagines qu'une fille de la campagne ne connaît pas ces affaires-là dans le détail, et rougit quand on en parle devant elle ; et qu'elle en est moins bonne chrétienne, ou moins honnête pour ça ? Au contraire, je prétends, au contraire.
- Elle sembla méditer, puis reprit :
- Le vrai péché, c'est d'idéaliser tout ça. Alors... l'imagination s'excite. Et on se figure que parce qu'on emploie de grands mots, la chose qu'il y a en dessous change de nature. Peuh ! il vaudrait bien mieux avouer franchement que chez les chiens ou chez nous c'est tout à fait pareil. Rien ne m'horripile plus que les tirades sur l'amour." Elle faisait vibrer ironiquement l'l et l'm. " Aujourd'hui, tout de même, on n'ose plus raconter aux filles de ton âge (Jeanne de Saint-Papoul a 19 ans) que le mariage, ça consiste à se bécoter dans un wagon, et à chercher un appartement. Je n'ai pas craint avec toi de mettre quelquefois les points sur les i. Mais je ne suis pourtant pas bien sûre que, toutes jeunes filles modernes que vous vous croyiez, vous vous rendiez compte de ce que c'est au fond, hé oui ! cette fameuse affaire autour de laquelle on tourne tout le temps, pour soi-disant vous en réserver la surprise."
(...) Mademoiselle Bernardine se pencha vers Jeanne, prit l'air de quelqu'un qui va confier le suprême secret ; puis, à mi-voix, en surveillant les portes :
- Hé bien ! tu sais déjà, n'est-ce pas, que l'homme et la femme font quelque chose ensemble ? Ou plutôt que c'est l'homme qui fait quelque chose à la femme . Tu sais de quels organes il s'agit, n'est-ce pas ? Donc il ne t'est pas bien difficile de deviner exactement la vraie nature de l'acte... Ce que l'homme fait à la femme, tu me comprends..." elle parla presque à l'oreille, " ce qu'il fait dans la femme, c'est une ordure. (Les hommes de bonne volonté, Flammarion, volume I, 1954, pp. 383-384)
Bernardine de Saint-Papoul n'est pas plus stoïcienne que la tante imaginée par Maupassant dans la nouvelle à laquelle je faisais plus haut référence. Mais, alors que cette dernière visait par son éclairage matérialiste et nouveau du baiser, à en donner la maîtrise à sa nièce, la tante créée par Jules Romains ne prétend que transmettre à la femme dominée une conscience lucide de la domination.

Commentaires

1. Le jeudi 14 novembre 2019, 19:58 par gerardgrig
À vrai dire, cette tante-là est le modèle de la célibataire d'autrefois, celui de la vieille fille, comme il y avait celui du vieux garçon. Elle aurait plutôt tendance à tenter de convertir sa nièce à son mode de vie, pour peupler sa solitude, en la dégoûtant de l'amour physique. Mais encore faudra-t-il que la nièce ait le courage de dire non au curé, quand son prince charmant la conduira devant l'autel. On pourrait se demander si la tante n'essaierait pas aussi de se dégoûter elle-même, parce qu'elle aurait encore des tentations, à cause du démon de midi.
La tante un peu folle du "Baiser" inaugurait la naissance de la Belle Époque. C'était la fin de l'Ordre moral, avec le retour des républicains au pouvoir. Cette tante incarnait la licence des mœurs du Second Empire. Elle était aussi un peu féministe. Elle était étrangère au débat du baiser sur la bouche qui divisait l'opinion d'alors. Avec Maupassant, on avait un cours de relativisme culturel. Le baiser était l'expression de la sexualité des Romains. Dans la culture africaine, le baiser est pratiqué par les ânes.

mercredi 13 novembre 2019

Greguería n° 204

" El que fracasa en la vida es como una estación en la que ya no paran los trenes."
" Celui qui échoue dans la vie est comme une gare où ne s'arrêtent plus les trains."

Commentaires

1. Le vendredi 15 novembre 2019, 14:23 par gerardgrig
En principe, quand les trains ne s'arrêtent plus dans les gares, c'est quand on se fiche du public ou du service public. Les gens n'y sont pour rien. Ou alors, la situation d'être dans un coin perdu où les trains ne s'arrêtent plus, est l'indice d'un ratage de vie. On aurait dû se battre pour quitter sa campagne et monter à Madrid ou Paris. Ramón était peut-être déjà macroniste. Pour accabler encore plus l'usager négligé, on l''identifie carrément à la gare désaffectée.

mardi 12 novembre 2019

Greguería n° 203

" Si rebuscamos mucho en nuestro cerebro encontraremos un rincón con auténticos dibujos rupestres."
" Si nous fouillons beaucoup dans notre cerveau, nous trouverons un coin avec d'authentiques peintures rupestres."

lundi 11 novembre 2019

Greguería n° 202

" Dos maneras greguerísticas de decir eso : " Los alicates bailan flamenco " o "Bailaba como unos alicates."
" Deux manières gregueristiques de dire la même chose : " Les pinces dansent le flamenco " ou " Il dansait comme une pince."

Commentaires

1. Le lundi 11 novembre 2019, 17:01 par gerardgrig
Cette gregueria promeut un espagnolisme généralisé. L'Espagne a régné sur la terre entière. Mais comme il s'applique aux objets manufacturés de la révolution industrielle, il manifeste aussi le regret de la grandeur passée de l'Espagne, et le désir de la faire revivre. C'est une forme de castillanisme, qui se glisse dans les interstices de la culture marchande, déjà mondialisée du temps de Ramón. La pince contribue à sauver l'Espagne de la décadence. Il ne faut jamais négliger ce qui est petit et banal.
2. Le mardi 19 novembre 2019, 18:57 par Versus
Mais une pince, Monseigneur?!

dimanche 10 novembre 2019

Greguería n° 201


" Casi todos los letreros luminosos están neurasténicos."
" Presque toutes les enseignes lumineuses sont neurasthéniques."

samedi 9 novembre 2019

Greguería n° 200

" En las carnicerías cuelgan esos animales a los que se les ha vaciado hasta de la conciencia."
" Dans les boucheries sont accrochés ces animaux à qui on a tout enlevé, même la conscience."

vendredi 8 novembre 2019

Greguería n° 199

" Freud : teoría del ojal que se escapó en busca de un botón lejano."
" Freud : théorie de la boutonnière s'échappant pour chercher au loin un bouton."

Main courante.

Comme on parle en ce moment du film d'animation réalisé par Jérémy Capin et intitulé J'ai perdu mon corps, histoire d'une main seule sans son propriétaire, je pense à ce court récit de Ramón Gómez de la Serna, paru en 1935 dans Los muertos y las muertas y otras fantasmagorias (Editorial Cruz y Raya). En voici sans doute la première traduction en français :
" Le docteur Alejo est mort assassiné. Indubitablement, il est mort étranglé.
Personne n'était entré dans la maison, indubitablement personne, et bien que le docteur eût dormi avec le balcon ouvert, par hygiène, son appartement était tellement en hauteur qu'on ne pouvait pas supposer que l'assassin fût entré par là.
La Police ne trouvait pas la piste de ce crime et elle allait abandonner l'affaire, quand l'épouse et la bonne du mort arrivèrent épouvantées au commissariat. Sautant du haut d'une armoire était tombée sur la table, les avait " regardées ", les avait " vues " et après avait fui dans la chambre une main solitaire et vive comme une araignée. Là dans la pièce, elles l'avaient enfermée à clé.
Terrorisée, la Police était arrivée, avec le juge. C'était leur devoir. Ça leur coûta des efforts de partir à la chasse de la main mais ils le firent et tous l'attrapèrent seulement par un doigt, parce qu' elle était vigoureuse, comme si en elle résidait toute la force d'un homme fort.
Que faire d'elle ? Quelle lumière allait-elle verser sur l' événement ? Comment la juger ? De qui était-elle la main ?
Après un long moment, le juge eut l'idée de lui donner la plume pour qu'elle fît sa déclaration par écrit. Alors la main écrivit : " Je suis la main de Ramiro Ruiz, vilement assassiné par le docteur à l'hôpital et détruit avec acharnement dans la salle de dissection. Je lui ai rendu justice."
Pour les hispanisants, je joins le texte en espagnol :
" El doctor Alejo murió asesinado. Indudablemente murió estrangulado.
Nadie había entrado en la casa, indudablemente nadie, y aunque el doctor dormía con el balcón abierto, por higiene, era tan alto su piso que no era de suponer que por allí hubiese entrado el asesino.
La Policía no encontraba la pista de aquel crimen, y ya iba a abandonar el asunto, cuando la esposa y la criada del muerto acudieron despavoridas a la Jefatura. Saltando de lo alto de un armario había caído sobre la mesa, las había " mirado ", las había " visto ", y después había huido por la habitación, una mano solitaria y viva como una araña. Allí la habían dejado encerrada con llave en el cuarto.
Llena de terror, acudió la Policía y el juez. Era su deber. Trabajo les costó cazar la mano, pero la cazaron y todos le agarraron un dedo, porque era vigorosa como si en ella radicase junta toda la fuerza de un hombre fuerte.
¿Qué hacer con ella? ¿Qué luz iba a arrojar sobre el suceso? ¿Cómo sentenciarla? ¿De quién era aquella mano?
Después de una larga pausa, al juez se le ocurrió darle la pluma para que declarase por escrito. La mano entonces escribió: «Soy la mano de Ramiro Ruiz, asesinado vilmente por el doctor en el hospital y destrozado con ensañamiento en la sala de disección. He hecho justicia».

Commentaires

1. Le samedi 9 novembre 2019, 16:38 par gerardgrig
Cela donne envie de relire "La Main de gloire" de Gérard de Nerval, histoire macaronique. Et de revoir son adaptation au cinéma dans les années 1940. Les histoires de mains coupées traduisent une angoisse de la perte.
2. Le dimanche 10 novembre 2019, 01:06 par gerardgrig
C'est le Bâtard de Mauléon qui se fait couper la main à la fin du roman de Dumas, quand il met la main sur la femme enlevée par le Maure Mothril. Comme les héros des derniers romans de Jules Verne, ceux des derniers romans de Dumas ratent tout. La littérature héroïque a besoin de dire son échec.
3. Le dimanche 10 novembre 2019, 10:48 par Arnaud
J'adore La main du diable, film de Maurice Tourneur (1943) avec Pierre Fresnay.
4. Le lundi 11 novembre 2019, 15:44 par gerardgrig
Il y a le thème sous-jacent du pacte faustien avec le diable.
Le film a été tourné sous l'Occupation avec les capitaux de la Continental, dirigée par Alfred Greven. Tout le monde comprend que le pacte avec le diable est le pacte avec Hitler. Le film de Marcel Carné, "Les Visiteurs du soir", a le même sens, avec une allusion transparente à la Résistance à la fin, qui a échappé à la censure. Dans les deux films, il y a une galerie d'Excentriques du cinéma français.

jeudi 7 novembre 2019

Greguería n° 198

" Dejó a su criado su última caja de cigarros para que recordase que su señor se había hecho humo."
" Il laissa à son domestique sa dernière boîte de cigares, pour lui rappeler que son maître s'était transformé en fumée."

mercredi 6 novembre 2019

Greguería n° 197


" Es tan atractivo el sol que suben a verle los rios : por eso tenemos la lluvia:"
" Le soleil est si attirant que les rivières montent pour le voir : pour cette raison nous avons la pluie."

mardi 5 novembre 2019

Greguería n° 196

" Se quitaba los guantes como si fuese a operar la conversación."
" Il enlevait ses gants comme s'il allait opérer la conversation."

Commentaires

1. Le mercredi 6 novembre 2019, 01:38 par gerardgrig
Ramón veut sans doute parler de la chirurgie à mains nues, pratiquée par les guérisseurs philippins et brésiliens. Il s'agit de réaliser un tour de prestidigitation, pour faire une chirurgie psychique qui a un effet placebo.
Il est vrai aussi que dans une conversation, les mains en disent plus que les mots.
2. Le jeudi 7 novembre 2019, 19:15 par Philalèthe
Face au chirurgien à mains nues, le patient se soumet alors que la greguería me paraît décrire le début illusoire d'un combat qui va être perdu. Ce dominant-là (il doit appartenir aux classes supérieures) ne va pas faire illusion longtemps. C'est moins un charlatan qu'un dominant dominé...

lundi 4 novembre 2019

Greguería n° 195

" Estafa del desierto : burros disfrazados de camellos."
" Arnaque dans le désert : des ânes déguisés en chameaux."

dimanche 3 novembre 2019

Greguería n° 194

" Al no tener pistola pensó tirarse un tiro en la sien con un cuchillo."
" N'ayant pas de pistolet, il a eu l'idée de se tirer dans la poitrine avec un couteau."

Commentaires

1. Le lundi 4 novembre 2019, 13:58 par gerardgrig
On dirait que Ramón rend hommage aux feuilletonistes français et à leurs perles littéraires. Ainsi, Ponson du Terrail avait écrit : "Serrant son sabre à deux mains, il dégaina son poignard de l'autre et fit feu !".
2. Le lundi 4 novembre 2019, 19:00 par Philalèthe
Rapprochement intéressant !
3. Le mardi 19 novembre 2019, 19:00 par Versus
A coup trop tiré. Marcel Duchamp.

samedi 2 novembre 2019

Greguería n° 193

" La cama está preparada como para hacernos la operación del sueño."
" Le lit est préparé comme pour nous faire subir l'opération du sommeil."

vendredi 1 novembre 2019

Greguería n° 192

" Escribir con lápiz es marcar solo la sombra de las palabras."
" Écrire au crayon, c'est indiquer seulement l'ombre des mots."

Commentaires

1. Le mardi 19 novembre 2019, 19:03 par Versus
Certainement parce qu'il a mauvaise mine!