Statcounter

mercredi 6 avril 2005

La fin de Zénon.

Zénon disait donc que mieux vaut faire un faux pas avec les pieds qu’avec la langue mais je doute si j’en crois ce passage :
« Voici comment il mourut. En sortant de l’école, il achoppa et se brisa le doigt. Frappant la terre de la main, il prononça le vers tiré de Niobé : « J’arrive. Pourquoi m’appelles-tu ? » Et aussitôt il mourut, en retenant sa respiration. » (VII, 28)
A dire vrai, le texte doit être ambigu, car Richard Goulet prend soin de préciser dans une note que les traducteurs sont divisés : si Hicks a choisi « holding his breath », Bréhier opte pour : « il mourut subitement d’étouffement. » et Genaille a élu, comme Hübner et Cobet, un « il s’étrangla » ambigu (si un cynique est capable de se retenir de respirer, pourquoi son élève ne serait-il pas en mesure d’étrangler son corps, si on peut parler ainsi ?) En tout cas, la différence n’est pas mince : entre activité et passivité, entre maîtrise et impuissance. Confiant dans les qualités de Richard Goulet, je garde l’idée de suicide. Mais alors, pourquoi un doigt cassé lui suffit-il pour qu’il mette fin à sa vie ? N’est-ce pas beaucoup de bruit pour rien ? Sauf que Zénon est vieux et que le fracture du doigt n’a pas seulement pour cause le choc mais a aussi un sens : c’est un signe de la Providence. Qu’un épicurien serait choqué de voir Zénon transformer un événement strictement atomique en marque du Ciel ! La mise à mort volontaire n’est pas ici désertion, c’est plutôt l’accomplissement du rôle exactement comme le veut le metteur en scène. Je pense alors à Epictète :
« Comme au cours d’une traversée, quand le navire a jeté l’ancre dans un port, si tu en descends pour aller chercher de l’eau fraîche, tu peux ramasser une chose accessoire au bord du chemin, il te faut pourtant avoir l’esprit tendu vers le bateau et te retourner constamment, de peur que peut-être le pilote ne t’appelle, et que, s’il t’appelle, tu doives abandonner toutes ces choses, afin que tu ne sois pas embarqué dans le navire, ficelé comme un mouton. » (Manuel 7, trad. de Pierre Hadot)
Le faux pas traumatique, c’est l’appel du capitaine et mourir comme un mouton, c’est mourir en protestant. Ce passage me permet aussi de comprendre que, si Zénon est prompt à arriver là où la Providence lui dit de venir, c’est qu’il montre ainsi qu’il ne tient pas à ce qu’il a et qu’il perdra en mourant. Il ne perdra rien en toute rigueur, c’est plutôt lui-même qu’il conservera en mettant fin ainsi à sa vie. Il est vrai que dans les vers que Diogène Laërce lui consacre la fin prend un autre sens :
« On rapporte que Zénon de Kition mourut, alors qu’affligé par nombre des maux de la vieillesse, il fut délivré en restant sans manger. »
Si la maîtrise de soi demeure exemplaire dans cette autre version, elle semble avoir une fin hédoniste qui ne cadre guère avec l’idéal de vie stoïcien. Mais on fait erreur : si le stoïcien se suicide, ce n’est pas par amour du plaisir mais par dignité ; il y a des situations où on n’est plus en mesure d’être à la hauteur de ses exigences, qui ne sont d’ailleurs pas les siennes mais celles de la raison. Autrement dit, et pour utiliser la langue de la doctrine, quand on n’est plus en mesure de vivre conformément à la nature, on n’attend pas la mort naturelle. Il n’y aurait désertion et abandon de poste que si la situation dégradante n’était pas définitive et irréversible. Or Zénon est bel et bien dans les fers de la vieillesse. Oui, sans doute, un stoïcien aujourd’hui serait partisan de la légalisation de l’euthanasie !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire