Statcounter

dimanche 19 avril 2009

A la grecque !! de Guillaume Clayssen (2): une oeuvre et théâtrale et philosophique.

J'ai vu et aimé A la grecque !!, le spectacle théâtral créé par Guillaume Clayssen, joué d'abord au théâtre de Suresnes et au programme désormais de la Maison des Métallos.
En effet il n'est pas donné de monter une pièce philosophique sans tomber dans le double écueil de la pièce didactique ou de l'oeuvre à thèse. Il n'y a en effet de théâtralité que si les comédiens ne sont pas simplement des porte-paroles. Mais la pièce ne peut être philosophique que si elle donne à penser philosophiquement. Le problème se pose donc ainsi: comment faire penser philosophiquement par le biais d'une oeuvre théâtrale en sachant qu'il ne faut absolument pas qu'à la fin le spectateur réduise la pièce à un cours ou à une thèse ?
Pour atteindre cette fin, Guillaume Clayssen a joué entre autres avec les ténèbres et la clarté; la lumière ne se substitue jamais à l'obscurité mais se contente de la trouer ponctuellement et même quand l'allégorie de la Caverne est mise en scène, le Soleil éclatant n'est jamais donné à voir. La philosophie ne tranche pas avec le mythe comme le jour avec la nuit, la lumière qui éclaire le combat des héros homériques n'est pas plus discrète que celle qui donne à voir le dialogue de Socrate avec le sophiste. Comme si rien d'évidemment lumineux n'était jamais dit par quiconque. La mise en scène de Guillaume Clayssen n'exemplifie pas les Lumières, elle est plutôt d'une époque où les clartés, toujours douteuses peut-être, ne sont jamais définitives et ne percent que temporairement et fragilement la nuit omniprésente.
Mais que donne à voir cette lumière rare? Des corps. Il va de soi en effet que Guillaume Clayssen ne considère pas les philosophes comme des esprits mais leur donne des corps visibles et ordinaires, autant d'ailleurs qu'aux combattants homériques. Et ces corps de tous les jours ne sont pas hissés à des hauteurs où ils ne pourraient paraître en fait que de bien ridicules sosies. En effet on ne peut plus représenter Socrate en héros martyrisé et sublime de la Pensée, il ne faut plus chercher à rivaliser avec les vagues souvenirs que laissent les représentations grandioses. Ne pensez pas pourtant que Guillaume Clayssen a choisi la parodie et la dérision. Ces corps ont de la tenue et quand il s'agit par exemple de jouer les morts de Diogène le Cynique, l'équilibre est trouvé entre le corps trop charnel et le corps excessivement stylisé. Si Diogène vomit, le spectateur voit quelque chose qui n'est réaliste ni symbolique. Il en va de même de la nudité des comédiens, qui n'est ni le dévoilement de leur anatomie particulière ni l'allégorie d'une attitude philosophique. On réalise que Guillaume Clayssen, s'il a donné leur part aux affects, n'a jamais souhaité qu'ils explosent au point de faire disparaître les concepts.
N'en doutons pas: cette pièce est d'un homme qui n'oublie pas que les discours philosophiques sont articulés par des êtres vivants et désirants mais qui est certain aussi que les textes qu'ils profèrent vont bien au-delà de l'expression idiosyncrasique de leurs particularités contingentes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire