Statcounter

samedi 22 mars 2014

Hitler comprenait mieux l'homme qu'Épicure ! dixit Orwell ou de la supposée insuffisance de l'anthropologie utilitariste.

Avec étonnement, je lis la fin du compte-rendu, consacré par Orwell, à Mein Kampf d'Hitler le 21 Mars 1940 dans le New English Weekly:
" (...) Hitler a compris la fausseté de la conception hédoniste de la vie. La quasi-totalité de la pensée occidentale depuis la dernière guerre, la totalité en tout cas de la pensée "progressiste", a toujours implicitement supposé que l'être humain ne désirait rien d'autre que le bien-être, la sécurité et l'absence de souffrance. Une telle conception de la vie ne laisse aucune place à des valeurs telles que le patriotisme ou les vertus guerrières. Le socialiste qui surprend ses enfants à jouer avec des petits soldats a généralement un haut-le-corps, mais il est incapable de trouver un substitut aux soldats de plomb. Des pacifistes en plomb ne seraient guère attrayants. La désolation intérieure qui est celle de Hitler lui fait ressentir avec une force exceptionnelle cette vérité que l'être humain ne veut pas seulement le confort, la sécurité, la réduction des heures de travail, l'hygiène, le contrôle des naissances et, d'une manière générale, tout ce qui est conforme au bon sens. Il lui faut aussi, par moments en tout cas, la lutte et le sacrifice, sans parler des drapeaux, tambours et autres démonstrations de loyauté. Quelle que soit leur valeur en tant que doctrines économiques, fascisme et nazisme sont, du point de vue psychologique, infiniment plus pertinents que n'importe quelle conception hédoniste de la vie. Et cela vaut probablement aussi pour le socialisme militarisé de Staline. Les trois grands dictateurs ont, tous trois, consolidé leur pouvoir en accablant de maux les peuples qu'ils gouvernent. Alors que le socialisme, et même le capitalisme sur un mode moins enthousiaste, disait aux gens : " Je vous offre du bon temps ", Hitler leur disait : " Je vous offre la lutte, les périls et la mort ", avec ce résultat qu'une nation tout entière s'est jetée à ses pieds. Le temps viendra peut-être où ces hommes en auront assez et changeront d'avis, comme on l'a vu à la fin de la dernière guerre. Au bout de quelques années de sang et de famine, " le plus grand bonheur pour le plus grand nombre " est un bon mot d'ordre, mais en ce moment on lui préfère : " Plutôt une fin effroyable qu'un effroi sans fin.". Aujourd'hui que nous sommes en lutte contre l'homme qui a forgé ce dernier slogan, nous aurions tort d'en sous-estimer la puissance émotionnelle." ( Essais, articles, lettres, volume II - 1940-1943 -, p. 23-24 )
Götz Aly dans Comment Hitler a acheté les Allemands (2005) a révisé à la hausse la vérité de l'anthropologie disqualifiée par Orwell, comme en témoigne la quatrième de couverture de l'ouvrage :
" Comment cela a-t-il pu arriver ? Comment les Allemands ont-ils pu, chacun à son niveau permettre ou commettre des crimes de masse sans précédent, en particulier le génocide des Juifs d' Europe ? Invoquer la haine raciale dont le nazisme était porteur ne suffit pas : l'idée qu'un antisémitisme exterminateur animait la population allemande tout entière, dès avant l'arrivée de Hitler, est dépourvue de fondement. L'explication purement idéologique tourne à vide.
Ce que démontre Götz Aly, au terme d'une enquête minutieuse dans les archives auxquelles il a pu avoir accès, c'est que le consensus entre les dirigeants du Reich et le peuple a pour clé ... le confort matériel de l'Allemand moyen. La guerre la plus coûteuse de l'Histoire s'est faite avec un objectif : préserver le niveau de vie de la population, à laquelle le régime ne pouvait promettre, comme Churchill, " du sang, de la sueur et des larmes " sans risquer l'implosion. Bien loin de profiter à quelques dignitaires nazis seulement, le pillage de l' Europe occupée et la spoliation, puis l'extermination des Juifs, ont bénéficié au petit contribuable, soigneusement préservé de toute hausse d'impôts jusqu'à la fin de la guerre, comme au soldat de la Wehrmacht envoyé au front, de même qu'à la mère de famille restée en Allemagne."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire