Statcounter

samedi 29 mars 2014

Manger des yeux.

Un passage de Du côté de chez Swann de Marcel Proust illustre jusqu'à la caricature la distinction kantienne entre l'agréable et le beau.
C'est Madame Verdurin qui, au moment même où elle vante comme belles des pièces de son mobilier, révèle qu'elle en fait une consommation jouissive et thérapeutique :
" - Ah ! je suis contente que vous appréciiez mon canapé, répondit Madame Verdurin. Et je vous préviens que si vous voulez en voir d'aussi beau, vous pouvez y renoncer tout de suite. Jamais ils n'ont rien fait de pareil. Les petites chaises sont aussi des merveilles. Tout à l'heure vous regarderez cela. Chaque bronze correspond comme attribut au petit sujet du siège ; vous savez, vous avez de quoi vous amuser si vous voulez regarder cela, je vous promets un bon moment. Rien que les petites frises des bordures, tenez là, la petite vigne sur fond rouge de L'Ours et les Raisins Est-ce dessiné ? Qu'est-ce que vous en dites, je crois qu'ils le savaient plutôt, dessiner ! Est-elle assez appétissante, cette vigne ? Mon mari prétend que je n'aime pas les fruits parce que j'en mange moins que lui. Mais non, je suis plus gourmande que vous tous, mais je n'ai pas besoin de me les mettre dans la bouche puisque je jouis par les yeux. Qu'est-ce que vous avez tous à rire ? Demandez au docteur, il vous dira que ces raisins-là me purgent. D'autres font des cures de Fontainebleau, moi je fais ma petite cure de Beauvais. Mais, monsieur Swann, vous ne partirez pas sans avoir touché les petits bronzes des dossiers. Est-ce assez doux comme patine ? Mais non, à pleines mains, touchez-les bien."
Un de ses hôtes comprend parfaitement qu'il s'agit de sensualité et non d'appréciation esthétique :
" Ah ! Si madame Verdurin commence à peloter les bronzes, nous n'entendrons pas de musique ce soir, dit le peintre."
Alors, prise en flagrant délit de concupiscence, la Patronne répond :
" - Taisez-vous, vous êtes un vilain. Au fond, dit-elle, en se tournant vers Swann, on nous défend à nous autres femmes des choses moins voluptueuses que cela. Mais il n'y pas une chair comparable à cela ! Quand M. Verdurin me faisait l'honneur d'être jaloux de moi - allons, sois poli au moins, ne dis pas que tu ne l'as jamais été...
- Mais je ne dis absolument rien. Voyons, Docteur, je vous prends à témoin : est-ce que j'ai dit quelque chose ?"
Suit un échange entre la Sensuelle et l'Esthète bien élevé :
" Swann palpait les bronzes par politesse et n'osait pas cesser tout de suite.
" Allons, vous les caresserez plus tard ; maintenant c'est vous qu'on va caresser, qu'on va caresser dans l'oreille ; vous aimez cela, je pense ; voilà un petit jeune homme qui va s'en charger." ( À la recherche du temps perdu, p. 204-205, La Pléiade )

Aucun commentaire:

Publier un commentaire