Statcounter

samedi 11 avril 2020

Greguería n° 348

" El espantapájaros semeja un espía fusilado." (Total de greguerías, Aguilar, 1955, p. 549)

" L'épouvantail ressemble à un espion fusillé."

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Chez Goya, que Ramón ne mentionne pas, l'espion fusillé de la guerilla ne ressemble pas à un épouvantail. Pourquoi cette gregueria ne peut-elle pas se retourner comme un gant ? Si l'épouvantail ressemble à un espion fusillé, l'inverse n'est pas vrai, du moins chez Goya. Et d'ailleurs, y a-t-il des espions parmi les fusillés de Goya ? Le seul épouvantail que l'on trouverait chez lui est le croquemitaine (el coco), dans des Caprichos qui communiquent la peur.

    RépondreSupprimer